1 2 3 4 5 6 7 8

Développement offshore au forfait

Le développement offshore de logiciel au forfait est adapté aux Clients dont le service étude a déjà élaboré des spécifications détaillées et dont la direction de projet s'implique fortement avec nous tout au long du développement, en particulier sur les procédures de test .
Mais nous ne pouvons contracter au forfait que sur des environnements techniques que nous maîtrisons parfaitement, et en général dans le cadre de métiers dont nous avons l'expérience.

Nous privilégions également ce type de contrat pour le développement d'apps mobiles.

Intérêt

Coût et planning définis dés le départ.

Contraintes

Le client doit préparer des spécifications détaillées et complètes.
Evolutions en cours de projet limitées.
Les projets doivent être supérieurs à 100 JH, typiquement 400 à 800 JH.
Inconvénients
Offshore au forfait
On confond souvent le développement informatique avec l'assemblage de modules préfabriqués, voire, au mieux, comme un travail de codage de notions simples, s'imbriquant les unes dans les autres.


Cette vision d'une informatique LEGO-like conduit à considérer le développement au forfait comme une panacée garantissant à la fois le budget fixé et la qualité du produit à recevoir en fin de cycle de sous-traitance.

Or le développement d'un projet informatique n'est pas une construction parfaitement normée et prévisible. Elle demande une grande créativité, une bonne interprétation du besoin réel du client ("réel" par rapport à "exprimé"), donc une certaine dose de psychologie, et un souci d'élégance dans le codage des concepts. Tout cela avec une forte contrainte d'efficacité.

C'est pourquoi la plupart des contrats au forfait sont basés sur des malentendus :
Le client qui a élaboré un cahier des charges pense que son document est exhaustif, définitif et compris par le prestataire.
Le client croit aussi qu'une consultation de plusieurs sociétés de développement offshore lui fournira un coût moyen réaliste.
De son côté, le prestataire, pour être retenu, va évaluer les charges au minimum et diminuer le temps alloué aux tests et à la documentation de maintenance, en espérant que les temps d'analyse et de programmation n'exploseront pas.
Le client escompte un délai de réalisation qu'il déduit de la prévision de charges du prestataire.

En réalité, aucun de ces points ne va se vérifier.
Ce n'est pas une question de qualité de spécification ou de prestation, mais c'est inhérent à la nature du développement informatique : La charge réelle de travail pour parvenir à la satisfaction du besoin client est tributaire d'une multitude de facteurs, dont certains non quantifiables comme les relations humaines.

Mais en quoi un développement de logiciel au forfait diffèrerait-t-il de la construction d'un bâtiment ou d'un produit industriel ?

Essentiellement par le caractère malléable du logiciel : Les spécifications vont toujours évoluer en cours de projet. Dans le cas des progiciels et des développements Web, sur de nombreux détails, le client ne sait pas ce qu'il veut, tant qu'il n'a pas vu ce qu'il ne voulait pas. D'autres sources d'évolution sont les propositions d'améliorations fonctionnelles spectaculaires présentées par le prestataire. On en arrive donc aux demandes de modifications et aux avenants. La vérité c'est que la plupart des contrats au forfait sont proposés dans l'idée que les changements de spécification permettront des renégociations favorables. Le client qui s'imagine que son contrat au forfait lui assure un prix ferme se fait des illusions.

Pourquoi déconseillons nous le forfait en développement de logiciel offshore ?

Tout simplement parce qu'en offshore les prix reflètent des réalités extrêmement disparates quant aux ressources humaines, aux capacités de compréhension des besoins client, à la notion de qualité et à la valeur portée à l'engagement.
Soyons clairs : Fuyez les cotations trés basses et attachez une grande importance à l'expérience, la culture et l'attitude de votre prestataire. Quant aux références, examinez si elles correspondent à votre profil de société. Un prestataire offshore habitué à travailler avec les US ou pour des grands comptes, aura du mal à développer un progiciel pour un éditeur PME français. Ce critère est nettement prépondérant par rapport à l'expérience d'une technologie.

En fait le succès d'un développement de logiciel offshore n'est pas lié au caractère forfaitaire du contrat mais au niveau de dialogue et de confiance qui s'établit entre le client et son prestataire.

Alors comment établir et consolider cette confiance ?

Chez Beler nous vous proposons une démarche qui a fait ses preuves : Commencez par un projet modeste en régie forfaitée, et faites venir notre chef de projet roumain pendant quelques jours dans vos bureaux. Vous vous rendrez compte comment il comprend votre besoin et comment il s'adapte à votre façon de travailler. En interrogeant quelques clients, vous validerez que son attitude positive est une constante de notre culture d'entreprise.